In Formule 1, MotoGP, Non classifié(e)

J’ai récemment vu une interview de Charles LeClerc, pilote de l’écurie Ferrari, et l’une des premières questions qu’ils lui ont posées était la suivante : pourquoi votre cou est-il si grand et musclé ? Avec tout ce que vous pouvez demander aux pilotes de Formule 1 sur la technologie, les innovations, la vitesse, cela reste l’une des curiosités les plus populaires parmi les fans. Une question étrange mais qui, en fait, a du sens.

Tous les pilotes de Formule 1 ont un cou épais car, lorsqu’ils sont sur la piste, ils sont soumis à un stress permanent causé par la force G, un terme utilisé pour désigner et mesurer les valeurs de force subies par le corps lors d’une accélération ou d’une décélération. Les pilotes de Formule 1, ainsi que les astronautes et les pilotes militaires, subissent une force ou une accélération de plusieurs “g” lorsqu’ils effectuent un freinage, une accélération ou un changement de direction particulier.

La force G : qu’est-ce que c’est et quels sont ses effets sur les pilotes ?

Commençons par la définition de la force G : c’est l’unité qui mesure la contrainte d’inertie d’un corps soumis à une accélération rapide ; c’est une force qui provoque une sensation de pression et de poids en poussant vers l’arrière, tout en se déplaçant très rapidement vers l’avant. Vous connaissez les montagnes russes, quand soudain il y a un virage ou quand vous tombez ? C’est la sensation que provoque la force G.

Les pilotes de Formule 1 en font l’expérience en permanence au cours d’une course ; on dit qu’ils ressentent 5 g au freinage, 4 à 6 g dans les virages, 2 g à l’accélération.

Dans l’aviation militaire, les pilotes sont constamment soumis à la force G et, à des moments très particuliers du vol, ils peuvent même avoir des trous de mémoire, c’est-à-dire une perte de conscience, en raison d’un manque d’irrigation sanguine de la partie supérieure du corps. C’est pourquoi l’armée de l’air porte des combinaisons spéciales, spécialement conçues pour empêcher le sang de circuler vers le bas. La force à laquelle ces matériaux peuvent résister peut atteindre 10 G.

Muscles du cou et force g : comment l’entraîner ?

Pour pouvoir résister à des contraintes aussi lourdes et constantes, et pour contrebalancer le poids de la force G pendant plus de 1h30 de course, les pilotes de Formule 1 doivent entraîner leur cou pour le rendre plus fort et plus prêt. Comment cela se fait-il ? Des poids et des bandes élastiques, ainsi que des machines spéciales nouvellement développées sont couramment utilisés à cette fin hors saison et pendant le championnat.

Vous avez certainement vu des vidéos de cavaliers portant des bandeaux d’où sortent des câbles ou des élastiques ; ces bandeaux servent précisément à entraîner les muscles du cou et à les rendre plus forts. L’entraîneur personnel tire les bandes élastiques dans une direction et le cavalier résiste et essaie d’équilibrer le poids. C’est pourquoi les pilotes de Formule 1 ont un cou si solide ; après des années et des années d’entraînement et de stress, les bandes musculaires sont plus épaisses et plus saillantes.

Il existe également des vidéos où l’on peut voir des pilotes manœuvrer des volants qui ressemblent à du béton, durs et rigides précisément parce qu’ils sont bloqués par un poids ; c’est aussi un exercice qu’ils font pour entraîner les muscles qui devront plus tard les soutenir sur la piste.

Pilotes : des athlètes extraordinaires

Les pilotes de Formule 1 ainsi que les pilotes de MotoGP sont des athlètes de haut niveau depuis de nombreuses années. Ils doivent être musclés mais aussi légers, agiles et capables de supporter une activité physique extrême de longue durée, en aérobie mais aussi en anaérobie.

Pensez aux pilotes de MotoGP qui, lors d’une course, doivent avoir la force de déplacer la moto d’un virage à l’autre pendant 40 minutes, tout en étant légers, car le poids peut souvent faire la différence en termes de vitesse et de performances générales. Cette même question, celle du poids minimum, a été récemment soulevée dans SuperBike par Scott Redding, qui se plaint de la présence de coureurs de 80 kilos sur la grille ainsi que de 60.

Dans une interview très intéressante sur le mode de vie et l’entraînement des pilotes, l’ancien président de la Commission européenne a également déclaré Champion du monde de Formule 1Nico Rosberg, dit que l’année où il a remporté le championnat en battant son coéquipier… Lewis HamiltonIl s’est rendu compte que la couleur de la peinture sur le casque augmentait son poids, il a donc fait enlever la peinture pour perdre quelques grammes. Il a également modifié son entraînement et, avec son entraîneur, a trouvé un moyen de s’entraîner efficacement sans trop gonfler ses jambes, ce qui lui a permis de gagner du poids.

Les contraintes “mécaniques” et environnementales. Combien de poids les pilotes perdent-ils pendant la course ?

Les pilotes de Formule 1 et de MotoGP courent souvent dans des endroits où les conditions météorologiques sont extrêmes : de la chaleur du désert du Qatar aux sables de Bahreïn, des étés espagnols torrides à l’humidité de l’Asie du Sud-Est.

En moyenne, les pilotes de Formule 1 perdent environ deux à trois kilogrammes d’eau par course, et plus de quatre dans les courses où le temps est particulièrement chaud et humide. À Singapour, par exemple, le taux d’humidité peut dépasser 70 % : une sensation exacerbée par les casques, les combinaisons et les gants qui offrent peu de respirabilité. Abu Dhabi détient le record de la piste la plus “chaude” avec plus de 42°C sous le soleil brûlant du désert. Les pilotes s’entraînent aussi pour cela, avec des séances de spinning dans le sauna ou de longues balades dans les moments les plus ensoleillés de la journée.

En bref, un entraînement vraiment complet pour ces incroyables athlètes qui sont de parfaits endosseurs pour toutes les marques qui ont à voir avec le fitness, l’entraînement, la forme, la nutrition et l’hydratation.

 

Silvia Schweiger
Silvia Schweiger
Sport has always been my passion and I was lucky enough to be able to make it my job too. Graduated in Foreign Languages and Literatures, with a Master in Marketing and Communication, for 20 years I have been offering consultancy to companies wishing to use sport as a marketing and communication tool to better engage with their target and reach their objectives. Without sport, life is boring.
Recent Posts

Leave a Comment

motogp-leg-dangle
durabilité du sport automobile