In Formule 1, Formule 1

Les voitures de
Formule 1
sont des merveilles d’ingénierie qui repoussent les limites de la vitesse et de la performance. Mais pour manipuler cette incroyable machine, le conducteur a besoin d’une interface sophistiquée : le volant de F1. Ces bijoux de haute technologie sont bien plus qu’un simple moyen de diriger la voiture. Doté de boutons, de sélecteurs et d’écrans, le volant permet au conducteur de contrôler un nombre incroyable de fonctions. Dans cet article de blog, nous nous plongeons dans le monde des volants de F1, en explorant leur fonctionnalité et les coûts astronomiques qui y sont associés.

Une symphonie de contrôles

À première vue, un volant de F1 peut sembler démesuré, ressemblant davantage à l’habitacle d’un vaisseau spatial qu’à celui d’une voiture. Mais chaque bouton, levier et sélecteur a une fonction spécifique, cruciale pour optimiser les performances de la voiture et donner au conducteur un avantage sur la piste. Voici quelques-unes des fonctions clés contrôlées par le volant F1, sans oublier la boîte de vitesses et les embrayages, qui sont commandés par des palettes situées à l’arrière du volant :

  • Commandes du groupe motopropulseur : le conducteur peut ajuster les réglages du moteur à l’aide du volant, en contrôlant des facteurs tels que la puissance et l’alimentation en carburant.
  • Répartition des freins : cette fonction permet au pilote d’optimiser la répartition de la force de freinage entre les roues avant et arrière, maximisant ainsi la puissance de freinage et la stabilité.
  • Distribution différentielle : Le différentiel influence la distribution de la puissance entre les roues arrière gauche et droite. Le conducteur peut utiliser le volant pour ajuster cette répartition, ce qui optimise la tenue de route dans les virages.
  • Récupération d’énergie : les voitures de F1 modernes captent l’énergie du freinage et l’utilisent pour augmenter temporairement la puissance de la voiture. Le conducteur commande ce système de récupération d’énergie (ERS) à l’aide du volant.
  • Communication radio : le pilote peut communiquer avec l’équipe de ravitaillement à l’aide de boutons sur le volant, transmettre des informations vitales et recevoir des mises à jour stratégiques.
  • Système d’hydratation : il est essentiel de rester hydraté pendant une course épuisante. Les conducteurs peuvent activer le système d’hydratation via le volant, ce qui leur permet de rester concentrés et de donner le meilleur d’eux-mêmes.
  • Limiteur de vitesse de la voie des stands : ce bouton permet au pilote de respecter la limite de vitesse de la voie des stands et d’éviter les pénalités.
  • Réglages stratégiques : le volant peut également comporter des boutons permettant de contrôler le lancement et d’autres réglages stratégiques qui peuvent donner au pilote un avantage à certains moments de la course.
alpine_f1_steering_wheel

Le volant Alpine 2021 au Circuit des Amériques

Matériel important

Les volants de F1 doivent également être légers et incroyablement résistants. Chaque gramme compte en Formule 1, c’est pourquoi des matériaux tels que la fibre de carbone sont largement utilisés pour le volant lui-même. Les boutons et les interrupteurs sont fabriqués dans des matériaux de haute qualité qui peuvent résister à la chaleur, aux vibrations et aux forces G extrêmes rencontrées lors d’une course.

Le coût élevé de la haute technologie

La complexité et l’utilisation de matériaux de pointe ont un coût. Bien que les prix exacts soient des secrets bien gardés par les équipes de F1, les estimations suggèrent qu’un volant de F1 peut coûter entre 50 000 et 100 000 dollars, voire plus. Ce coût élevé est dû à plusieurs facteurs :

  • Technologie avancée : le développement constant de nouvelles technologies et de nouveaux matériaux pour créer des volants plus légers et plus fonctionnels fait grimper le prix.
  • Personnalisation : les volants de F1 sont personnalisés pour répondre aux préférences de chaque pilote, la disposition des boutons et l’ergonomie étant adaptées à leurs besoins individuels.
  • Production limitée : comme il n’y a qu’une poignée d’équipes en compétition en F1, la production de ces volants est minuscule, ce qui augmente encore le coût unitaire.

Le lien vital entre le conducteur et la machine

Le volant de F1 est plus qu’un simple dispositif de direction coûteux ; c’est le lien vital entre le pilote et la voiture. En donnant au conducteur un contrôle intuitif sur une multitude de fonctions, le volant lui permet de tirer le maximum de performances de la voiture. La multitude de commandes représente le summum de la technologie de course, une symphonie complexe de boutons fonctionnant de concert pour obtenir des performances exceptionnelles sur la piste. Chaque volant est un chef-d’œuvre d’ingénierie, conçu pour répondre parfaitement aux besoins spécifiques du conducteur et de la voiture.

En règle générale, au cours d’une saison normale, chaque conducteur dispose de trois à cinq volants qu’il peut utiliser au cours de l’année, en cas de panne, de défaillance ou de défaut. Chacun d’entre eux est personnalisé en fonction de la prise en main, des préférences et de l’ergonomie du pilote, et offre bien sûr des possibilités infinies de personnalisation de ce qui s’affiche à l’écran.

Évolution continue

La technologie des volants de F1 est en constante évolution, les ingénieurs et les concepteurs travaillant en permanence à l’amélioration de la fonctionnalité, de l’ergonomie et des performances. De nouveaux matériaux, de nouvelles technologies et de nouvelles idées sont constamment introduits, repoussant les limites du possible.

Il est loin le temps des volants essentiels et linéaires des Senna, Mansell et Prost (sans parler des exemples plus anciens). Il suffit de regarder quelques photos de la McLaren MP4/4 de 1988 de Senna pour voir un objet complètement différent de ceux auxquels nous sommes habitués aujourd’hui. Tout d’abord, la forme : complètement ronde, avec trois rayons et absolument aucun levier de vitesse et d’embrayage (le levier de vitesse se trouvait sur le côté droit du cockpit, et il fallait retirer la main du volant pour l’actionner). Ensuite, l’absence totale de boutons et de touches, à l’exception de la touche radio et de la touche Boost, le sélecteur de pression Turbo, ancêtre du DRS moderne.

Une fenêtre fascinante sur le monde de la F1

Pour les amateurs de course automobile, les volants de F1 offrent une fenêtre fascinante sur le monde de ce sport hautement compétitif. Ces appareils complexes représentent l’intersection de l’homme et de la machine, où l’habileté et la réaction du pilote sont combinées à la puissance et à la précision d’une technologie de pointe. C’est peut-être aussi pour cette raison que ces objets ont toujours exercé une fascination particulière dans l’imagination et la fantaisie de tous les passionnés.

Les volants d’ aujourd’hui, lointains parents des objets ronds des années 70 et 80, sont aujourd’hui un concentré de technologie et de personnalisation : chacun est unique, moulé aux mains et aux habitudes du conducteur, et contient une infinité de commandes pour effectuer les réglages les plus précis. Les coûts de ces objets sont nécessairement faramineux, jusqu’à 100 000 dollars, et leur production très limitée.

En manier un, aujourd’hui comme hier, représente un rêve difficilement quantifiable.

Pouvons-nous vous aider à signer votre meilleur contrat de sponsoring ?

Silvia Schweiger
Silvia Schweiger
Directeur associé, marketing exécutif et commercial chez RTR Sports Marketing, une société de marketing sportif basée à Londres et spécialisée dans le sport automobile depuis plus de 25 ans.
Recent Posts

Leave a Comment

g forces f1
Ferrari