In Formule 1, Formule 1

Niki Lauda a été trois fois champion du monde en
champion du monde de Formule 1
entrepreneur prospère et passionné d’aviation. La vie de Lauda est jalonnée de grandes réalisations dans tous les domaines, de rivalités tumultueuses et d’expériences incroyables. Dans les lignes qui suivent, nous tenterons de résumer une vie bien remplie, en explorant la carrière de Lauda en Formule 1, sa vie privée et ses contributions au sport au-delà de son temps passé sur la piste.

Les premières années

Niki Lauda est né àVienne, en Autriche, en 1949. Sa famille était riche et son père, Ernst, était un homme d’affaires prospère. Au départ, ses parents voulaient que Lauda travaille dans la banque, mais Niki était passionné par les voitures de course. Il a commencé sa carrière de pilote en 1968, en conduisant pour March Engineering en Formule 3, et trois ans plus tard, il a fait ses débuts en Formule 1 lors du Grand Prix d’Autriche 1971. 1971 a été une année consacrée à la Formule 2, rehaussée par les débuts en F1, la seule course de la saison dans la catégorie supérieure.

En 1972, Lauda travaille à plein temps pour l’équipe March dans les championnats européens de Formule 2 et de Formule 1. À l’époque, il n’était pas rare que les pilotes courent dans plus d’une catégorie. Dans les années 1970, il y avait déjà plus de 20 courses en 12 mois. Les premières saisons de Lauda en Formule 1 ont été difficiles, Niki a lutté pour trouver une voiture compétitive, mais en 1974, il a été engagé par la Scuderia Ferrari et son destin a changé de façon spectaculaire.

Niki Lauda

Rivalité sur la piste

En 1975, Lauda, qui en était à sa deuxième année avec Ferrari, a remporté son premier championnat du monde en dominant la saison, en remportant cinq Grands Prix et en montant 11 fois sur le podium en 14 courses. Son rival le plus tenace était son coéquipier, Clay Regazzoni. Regazzoni était un compétiteur féroce et n’hésitait pas à se mesurer à Lauda. Les deux pilotes avaient une forte rivalité, mais aussi beaucoup de respect mutuel. Ferrari a dominé et les fans, entre l’excitation et la joie, sont devenus fous de joie.

L’accident du Nurburgring et le retour à Monza

En 1976, Lauda, qui mène le championnat, est victime d’un terrible accident lors du Grand Prix d’Allemagne. Sa Ferrari prend feu après avoir heurté le talus rocheux qui borde cette partie du circuit, et il reste coincé dans la voiture pendant près d’une minute avant d’être secouru. Arturo Merzario, Guy Edwards et Harald Ertl l’ont sorti de l’épave de sa voiture en feu et lui ont sauvé la vie. Niki a subi de graves brûlures au visage et aux poumons et ses chances de survie étaient minces. Cependant, il s’est remarquablement rétabli et n’a repris la compétition que six semaines plus tard, à Monza, alors que ses blessures n’étaient pas encore guéries. Il fait alors preuve d’une volonté et d’un courage surhumains. Mettre et enlever son casque est très douloureux et il utilise encore des pansements protecteurs pour ses blessures. Après s’être qualifié à la dixième place, il a réussi à terminer la course à la quatrième place, Niki était de retour et le championnat du monde semblait encore à portée de main. Seulement 42 jours se sont écoulés depuis la compétition allemande, mais j’ai eu l’impression que c’était une éternité.

Toutes les histoires ne finissent pas bien, cependant, et 1976 se termine par l’abandon de Lauda lors du Grand Prix du Japon, qui se déroule sous la pluie, cédant ainsi le titre à Hunt pour un seul point. Lauda estime qu’il est trop dangereux de courir sur le circuit de Fuji ce jour-là et, toujours aussi cohérent, s’arrête. L’ingénieur Forghieri, directeur technique de l’écurie Maranello, est prêt à mentir un peu en recourant à la classique “défaillance électrique”, mais Lauda ne veut rien entendre et dit sa vérité. La relation avec le grand-père de la course automobile mondiale a alors commencé à se fissurer.

NIki Lauda

Les années avec Brabham et la retraite de 1979

En 1977, cependant, on assiste à un retour à la “normalité” : Lauda remporte son deuxième championnat du monde, mais quitte Ferrari pour Brabham en raison de désaccords et de malentendus survenus au cours de la période difficile entre l’accident d’Allemagne et son abandon lors de la course au Japon. C’est ainsi que prend fin la collaboration entre le pilote autrichien et l’équipe de Maranello, qui a produit en quatre ans deux titres mondiaux, une deuxième et une quatrième place. Quelle époque !

En 1978, Lauda est au volant de la Brabham de Bernie Ecclestone. Niki dispose d’une voiture rapide mais peu fiable et la saison est marquée par une longue série d’abandons ; il remporte deux courses en Suède et à Monza et se classe quatrième au classement général.

En 1979, les performances de l’équipe britannique ont chuté en raison de problèmes de fiabilité et d’une voiture peu compétitive. À la fin d’une séance d’entraînement du Grand Prix du Canada, Lauda décide de se retirer de la compétition avec effet immédiat… il en informe Ecclestone et retourne en Autriche pour se consacrer à plein temps à la gestion de sa propre compagnie aérienne, Lauda Air, qu’il a fondée la même année.

Lauda Mclaren

McLaren, retour et triomphe

La nouvelle aventure se passe bien pour Lauda, mais l’adrénaline de la course lui manque manifestement. En 1982, il décide de revenir, en partie grâce à un super-engagement de 3 millions de dollars, chez McLaren. C’est une bonne année qui le voit gagner deux courses et terminer le championnat à la cinquième place. Après un tel retour, on s’attend à de grandes choses… au lieu de cela, 1983 est une année à oublier. Cependant, le triomphe survient en 1984, lorsque Lauda remporte son troisième championnat du monde, devançant son coéquipier, Alain Prost, d’un demi-point seulement.

Lauda en tant qu’homme

En dehors de la piste, Lauda était connu pour son franc-parler et son sens de l’humour et répondait souvent aux questions des journalistes avec beaucoup d’esprit. Lorsqu’on lui a demandé s’il aimerait voir des changements dans la réglementation, il a répondu un jour : “Oui, j’aimerais que les voitures de course soient remplacées par des avions. Comme ça, je gagnerais toutes les courses”. Il était également connu pour son amour de la bonne chère et du vin, et s’adonnait souvent à ces deux activités, même lorsqu’il était en pleine forme.
Il était très réservé et n’aimait pas parler de sa vie privée. Il s’est marié deux fois et a eu deux fils, Mathias et Lukas. Mathias a suivi les traces de son père et est devenu pilote de course professionnel. Il travaille actuellement avec AstonMartin en tant que pilote officiel dans le FIA WEC et Lukas est son manager.

susie wolf niki lauda

Lauda, passionné d’avions et consultant en Formule 1

Passionné d’aviation, Lauda est titulaire d’une licence de pilote professionnel. En 1979, il fonde la compagnie Lauda Air, réputée pour ses normes de sécurité élevées et son excellent service, qu’il vend quelques années plus tard à Austrian Airlines. Il a ensuite fondé et dirigé plusieurs compagnies aériennes à bas prix et de loisirs. Deux fois par semaine, il pilotait personnellement son avion de ligne – le capitaine Niki Lauda.

Après avoir pris sa retraite, Lauda a également travaillé comme consultant pour plusieurs écuries de Formule 1, dont Ferrari et Jaguar en tant que directeur d’équipe. D’ailleurs, en 2002, il a sauté dans la Jaguar et l’a testée à Valence, 18 ans après sa dernière saison de course. En 2012, il a été nommé président non exécutif de l’équipe de Formule 1 Mercedes-AMG Petronas et a joué un rôle clé dans le succès de l’équipe au cours des années suivantes, jusqu’à son décès en 2019.

Les gens se souviennent de son style direct et de sa capacité à s’élever au-dessus de la politique sportive.

Relations avec les autres pilotes

Lauda avait des relations compliquées avec les autres pilotes. Il était respecté pour ses talents de pilote et sa détermination à gagner, mais il pouvait aussi se montrer abrasif et conflictuel, ont-ils dit de lui :

Alain Prost “Niki était un grand champion et un grand homme. Il a toujours été très juste sur la piste et très direct en dehors. Il a été l’un de mes plus rudes concurrents, mais nous avons toujours eu beaucoup de respect l’un pour l’autre”.

Lewis Hamilton, qui a remporté le Grand Prix de Monaco 2019 en portant un casque dont le design rendait hommage à Lauda, a déclaré “Niki était une légende du sport et ce fut un honneur de le rencontrer. Il a accompli tant de choses dans sa vie, tant sur la piste qu’en dehors, et on se souviendra toujours de lui comme de l’un des plus grands”.

Sebastian Vettel “Niki a été une véritable source d’inspiration pour moi, à la fois en tant que pilote et en tant que personne. C’était un combattant qui n’a jamais abandonné, même dans les moments les plus difficiles. Il nous manquera énormément.

Damon Hill “Niki était un grand pilote et un grand ambassadeur du sport. Il avait un esprit vif et un sens de l’humour diabolique, et il disait toujours ce qu’il pensait. On se souviendra de lui comme de l’un des vrais personnages de ce sport”.

Gerhard Berger “Niki était un ami et un mentor pour moi, et j’ai beaucoup appris de lui. C’était un grand pilote et un grand homme d’affaires, et il avait une perspective unique sur le sport. Il manquera à tous ceux qui l’ont connu”.

David Coulthard : “Niki Lauda était un géant du sport et sa disparition est une perte énorme pour toute la communauté de la Formule 1. Il ne sera jamais oublié. Il ne sera jamais oublié”.

Des courses inoubliables

La carrière de Niki Lauda a été jalonnée de moments qui resteront à jamais gravés dans l’histoire de la Formule 1. Voici ceux dont les anciens se souviennent :

Grand Prix d’Espagne 1974 : première victoire de Lauda en Formule 1. L’Autrichien a dominé la course en prenant immédiatement la tête, son rythme était tel qu’il a doublé presque tous ses rivaux et a terminé avec plus d’une minute d’avance sur le second.

Grand Prix de Monaco 1975: Lauda remporte la course malgré des problèmes de boîte de vitesses pendant une grande partie de la course. Malgré une blessure au poignet, Lauda fait une course parfaite et remporte la victoire.

1975 Grand Prix d’Italie : Cette course est cruciale pour la saison de Lauda, qui remporte le championnat. Il est parti de la pole position, mais a dû se battre avec son coéquipier Clay Regazzoni pendant une bonne partie de la course. Il l’a finalement emporté avec un peu plus d’une seconde d’avance.

Grand Prix de Grande-Bretagne 1976: La victoire de Lauda, qui a dû doubler James Hunt dans les derniers instants de la course, a été obtenue de haute lutte.

Cependant, l’un des moments les plus emblématiques de la carrière de Niki Lauda a certainement été sa décision de se retirer du Grand Prix du Japon de 1976, qui a finalement donné le titre de champion à son principal rival, James Hunt. La course se déroule sous une pluie torrentielle et Lauda, qui a subi un terrible accident plus tôt dans la saison, estime que les conditions sont trop dangereuses pour continuer. Malgré son avance au classement du championnat, il décide d’abandonner la course après seulement deux tours. Hunt remporte la course et s’adjuge le titre avec un seul point d’avance. La décision de Lauda a été controversée à l’époque, mais elle a démontré son intégrité et son engagement en faveur de la sécurité, même au prix d’un titre de champion. Plus tard, Lauda et Hunt sont devenus des amis proches et leur rivalité et leur respect mutuel ont fait l’objet du film “Rush”.

Grand Prix d’Afrique du Sud 1977: victoire dominante de Lauda, qui a mené tous les tours de la course et a terminé avec plus d’une minute d’avance sur son dauphin.

Grand Prix d’Allemagne 1977 : bataille classique entre Lauda et son principal rival, Jody Scheckter. Les deux hommes se sont échangés la tête à plusieurs reprises, mais c’est Lauda qui s’est imposé, l’année où il est parvenu à remporter son deuxième championnat du monde.

1982 Grand Prix d’Amérique, Long Beach : c’est la première victoire de Lauda lors de son retour en Formule 1. Parti de la troisième place sur la grille, il s’est hissé en tête et est remonté sur le podium.

1984 Grand Prix du Portugal : Dernière course de l’année, bataille tendue entre Lauda et son coéquipier.

 

 

 


Pictures from the top: 

Christian Sinclair, Niki Lauda, driving his Scuderia Ferrari at the 1975 United States Grand Prix, Creative Commons Attribution 2.0 Generic license.

Martin Lee, Niki Lauda - Ferrari 312T2 approaches Druids at the 1976 Race of Champions, Brands Hatch, Creative Commons Attribution-Share Alike 2.0

Martin Lee, Niki Lauda at the 1982 British Grand Prix, Creative Commons Attribution-Share Alike 2.0 Generic license.

Thomas Ormston, Susie Wolff and Niki Lauda, Creative Commons Attribution 2.0 Generic license.
Pouvons-nous vous aider à signer votre meilleur contrat de sponsoring ?

Emanuele Venturoli
Emanuele Venturoli
Diplômé en communication publique, sociale et politique de l'université de Bologne, il a toujours été passionné par le marketing, le design et le sport.
Recent Posts

Leave a Comment

mclaren sponsorship
lance stroll aston martin