In Marketing sportif, Parrainages sportifs

Extreme E est la nouvelle série régie et promue par la Formule E, le principal championnat mondial de prototypes électriques. Fortement souhaité par le PDG Alejandro Agag, Extrame E verra des SUV entièrement électriques courir dans les endroits les plus reculés et les plus risqués de la planète, dans un mélange explosif de course extrême, de durabilité environnementale et d’adrénaline. Le championnat devrait débuter en janvier 2021, depuis les eaux roses du lac Retba, au Sénégal.

De la Formule E à l’Extreme E

S’il est une chose dont le mécène éclectique Alejandro Agag ne manque pas, c’est de créativité. En effet, il suffit de regarder le nombre d’ingrédients sur la table des Extrême E de se rendre compte que le projet ne manque pas d’originalité : un projet révolutionnaire Véhicule utilitaire électriqueun paddock flottant creusé dans un navire de la Royal Mail, emplacement du garageLa course se déroule sur un circuit allant du glacier à la forêt tropicale, avec des pilotes issus des milieux les plus divers du sport automobile, et bien plus encore. Sérieusement, tout lire à la va-vite ressemble plus à un jeu vidéo qu’à une série à quatre roues.

Au contraire, Extreme E est en préparation depuis un certain temps, du moins si l’on en croit les déclarations des protagonistes, et a été conçu juste au moment où les premières saisons – très malheureuses – de la Formule E ont pris la piste ces dernières années. Les deux séries reposent sur les mêmes points cardinaux : la mobilité électrique,
la durabilité environnementale
et un concept radicalement nouveau de sport automobile, capable de transformer la relation traditionnelle entre compétition-circuit-spectateur.

Odyssey 21 : Le super SUV électrique d’Extreme E

Comme nous l’avons mentionné au début, tout dans cette série ressemble à quelque chose sorti d’une bande dessinée Marvel ou du dernier jeu vidéo. La pièce la plus importante du puzzle, le prototype avec lequel les concours seront organisés, ne pouvait pas manquer à la liste. Odyssey 21 (“Odyssey 2021”, même le nom est un programme) est le super SUV entièrement électrique qui devra transporter les concurrents à travers les sables, les glaces et les forêts les plus éloignés de notre planète. Produit par Spark Racing Technology – qui s’occupe également des monoplaces de Formule E– le bolide électrique pèsera environ 1650 kilogrammes, avec une puissance maximale de 400KW/500BHp et une vitesse de pointe de 200 km/h. A cet égard, la “revendication” qui figure sur le site web de l’Extreme E et qui déclare la voiture capable d’accélérer de 0 à 100 km/h en 4 secondes sur une pente de 130%, c’est-à-dire largement supérieure à 45°, est assez surprenante.

Parmi les pièces standard qui seront fournies aux équipes, on trouve le châssis et la structure de crash, la batterie construite par Williams Advanced Engineering et pneus spéciaux Continental. En ce qui concerne la carrosserie, les équipes pourront choisir entre trois options : utiliser celle fournie par le championnat, collaborer avec un équipementier pour produire une carrosserie ad hoc, ou utiliser leur propre carrosserie et promouvoir ainsi efficacement leurs véhicules.

 

Extreme E : Équipe et pilotes

Le choix des pilotes que la nouvelle série électrique a présenté sur son site web est particulièrement intéressant pour les amateurs de sport automobile. C’est peut-être une question de mode, ou simplement de prévoyance, mais la “diversité” est le mot clé lorsqu’on lit les noms des participants à l’Extreme E. Des femmes et des hommes, jeunes et moins jeunes, célèbres ou non, mais surtout de toutes les disciplines du sport automobile international. L’idée est absolument fascinante et doit être reconnue.

De Sébastien Ogier (6 fois champion du monde WRC) à Billy Monger, à partir de Jamie Chadwick (vainqueur de la série W) à Nelson Piquet Jr (premier champion de Formule E), de Timo Scheider (double champion DTM) à Sam Sunderland (qui a gagné le Dakar… à moto) la liste est longue et intéressante et promet de faire rêver les amateurs de toutes les disciplines.

Les équipes, sauf défections, devraient être au nombre de 10 à 12, même si pour l’instant seules cinq sont officielles : Venturi, HWA, ABT, Veloce Racing et QEV.

C’est peut-être là – mais c’est une considération tout à fait personnelle – que réside le véritable défi pour la série Extreme E, à savoir réussir à inclure les plus grands constructeurs de SUV du monde de la même manière que la Formule E a réussi à inclure les plus grands constructeurs automobiles. Sans l’arrivée de grandes marques, capables d’offrir stabilité, crédibilité et – pourquoi pas – argent.

Durabilité environnementale, mobilité électrique et sensibilisation

Les deux thèmes de la durabilité environnementale et de la mobilité électrique efficace avaient déjà été soulevés avec force à l’aube du championnat de Formule E. Est-il possible, se demandait-on à l’époque, de concevoir des voitures capables de procurer des émotions à ceux qui les regardent et à ceux qui les conduisent sans utiliser de combustibles fossiles ? La réponse se trouve dans la montée en puissance de la Formule E: la série a non seulement réussi à capter l’attention du public et des médias, mais aussi, grâce à des innovations technologiques de premier ordre, à créer des voitures rapides, durables et fiables.

Extreme E soulève, outre ces deux questions, une autre question tout aussi intéressante : sommes-nous vraiment conscients de ce qui se passe sur le plan climatique dans des régions moins connues du monde ? Qu’advient-il des glaciers avec le réchauffement climatique ? Que devient la forêt avec le déplacement des zones tropicales ? Qu’en est-il des déserts en expansion ?

Ainsi, le nouveau championnat vise à courir, en jurant d’avoir une empreinte carbone nulle, dans cinq macro-zones environnementales: l’Arctique, les glaciers, la forêt tropicale, le désert et l’océan. Pour chacune de ces macro-zones, Extreme E fournit une explication/raison.

Par exemple, en ce qui concerne l’Arctique : “Le changement climatique a entraîné un réchauffement de l’Arctique deux fois supérieur à la moyenne mondiale. Les répercussions de ce phénomène sont notamment la fonte accélérée de la calotte glaciaire, l’élévation du niveau de la mer et la forte pression exercée sur les espèces hautement spécialisées dans leur biome, telles que l’ours polaire et le phoque annelé”. (“le changement climatique a entraîné un réchauffement de l’Arctique deux fois plus rapide que la moyenne. Les effets immédiats de ce phénomène sont la fonte de la calotte glaciaire, l’élévation du niveau de la mer et la mise en danger de certaines espèces animales typiques de ces régions, comme l’ours polaire ou le phoque annelé.“).

Extrême E : calendrier

  • 22-24 janvier – Lac Rose, Dakar, Sénégal
  • 4-6 mars – Sharaan, Al-‘Ula, Arabie Saoudite
  • 6-8 mai – Vallée de Kali Gandaki, district de Mustang, Népal
  • 27-29 août – Kangerlussuaq, Groenland
  • 29-31 octobre – Santarem, Para, Brésil

Extreme E et le paddock flottant : le RMS St Helena transformé

L’histoire la plus incroyable, s’il en est, de l’Extreme E concerne son paddock flottant, le RMS St.

Pendant des décennies, le Royal Mail Ship St. Helena a été le seul point de contact entre le continent et l’île de Sainte-Hélène, un avant-poste britannique isolé dans l’océan Atlantique Sud, entre l’Afrique et l’Amérique du Sud, célèbre pour avoir accueilli les derniers jours de Napoléon Bonaparte. Toutes les trois semaines, le RMS St. Helena larguait ses amarres pour effectuer la traversée de cinq jours entre Le Cap et l’île, sur laquelle vivent 4500 citoyens britanniques.

Alejandro Agag a racheté au gouvernement britannique le vénérable RMS St Helena et l’a transformé en navire “vert” en l’équipant de grands panneaux solaires et en le reconstruisant de fond en comble. La cale du navire colossal abritera le paddock de l’Extreme E: voitures, ateliers, pièces détachées et matériel de course seront logés dans le “ventre” du navire, qui deviendra le premier paddock véritablement autopropulsé de l’histoire.

Le RMS St Helena, dit Agag, était également équipé pour servir de navire de recherche. Si la cale contient l’enclos, d’autres parties du navire seront aménagées en laboratoire marin itinérant, un peu à l’image de la célèbre Calypso du commandant Cousteau.

Parrainage Extreme E : les raisons de devenir parrain

Comme il fallait s’y attendre, ce blog doit examiner les questions relatives au parrainage sportif de cette nouvelle série. Il est bien sûr très difficile de parler de partenariat dans un championnat qui n’a pas encore commencé et qui – pour l’instant – n’a tous ses atouts que sur le papier.

Comme nous l’avons déjà mentionné sur plusieurs pages de ce blog consacré à la Formule E, ladurabilité environnementale (mais pas seulement) est un thème absolument central dans la communication et le marketing d’aujourd’hui. Alors que l’attention du public se porte – à juste titre – sur l’état grave de l’écosystème, il est du devoir de toutes les entreprises de faire tout leur possible pour réduire leur impact et de se joindre aux causes qui soutiennent ce profil.

En ce sens, le parrainage de la Formule E et le parrainage de l’Extreme E apportent une grande valeur ajoutée. En particulier, la série la plus récente, qui associe la mobilité électrique à la connaissance des conditions de certaines zones géographiques, peut avoir des fonctions stratégiques dans la communication des entreprises particulièrement intéressées par la défense de certaines zones géographiques ou par le développement de nouvelles technologies pour un monde plus durable.

Au-delà des questions environnementales importantes, Extreme E est un concentré d’excitation, d’adrénaline et de belles histoires à raconter. Il combine l’attrait de la course avec celui du rallye dans des endroits reculés, en réunissant un certain nombre d’ingrédients très attrayants, comme le voyage sur le navire Sainte-Hélène et le développement de ce prodigieux SUV qui promet de réécrire le manuel scolaire de ce type de véhicule. Il est intéressant à cet égard de réfléchir au choix de ce type de véhicule (pas une vraie voiture de rallye, pas un vrai tout-terrain, pas une berline typique), qui domine clairement l’intérêt mondial pour le marché de l’automobile, avec tous les grands constructeurs engagés dans la conception de SUV e Super SUV très haut de gamme.

En ce qui concerne le parrainage de l’Extreme E, comme mentionné ci-dessus, l’entrée ou non de ces mêmes fabricants jouera un rôle clé. Si, comme cela s’est produit en Formule E, de grandes marques telles qu’Audi, Porsche, BMW, etc. rejoignaient la série, nous pourrions vraiment assister à un regain d’intérêt très rapide de la part d’industries de toutes sortes. Ce qui est certain, c’est qu’un tel championnat offre aux sponsors et aux partenaires une richesse inestimable d’images et de vidéos à fort impact, ainsi qu’une narration profonde et fascinante : tous ces atouts sont absolument fondamentaux dans le monde de la communication d’aujourd’hui.

Le début officiel de la série aura lieu dans moins d’un an. Ce sera une année importante, surtout d’un point de vue commercial et organisationnel, maintenant que les bases et le schéma général du championnat ont été posés. Dans les mois à venir, nous verrons des développements et des mises à jour, qui seront utiles pour comprendre si Extreme E connaîtra le même succès immédiat que sa grande sœur, la Formule E. Il va sans dire que ces mois seront stratégiques pour les investisseurs et les investisseurs de l’industrie automobile. sponsor qui veulent devenir “les adopteurs précocesde la discipline, un pari “risqué offrant potentiellement des avantages considérables.

Pouvons-nous vous aider à signer votre meilleur contrat de sponsoring ?

Emanuele Venturoli
Emanuele Venturoli
Diplômé en communication publique, sociale et politique de l'université de Bologne, il a toujours été passionné par le marketing, le design et le sport.
Recent Posts

Leave a Comment

Spa francorchamps
Extreme E : qu’est-ce que c’est, où ça se passe et pourquoi vous devriez sponsoriser la nouvelle série de rallyes électriques ?, RTR Sports