In Non classifié(e)

1. Giacomo Agostini: le champion légendaire

Giacomo Agostiniavec 15 titres mondiaux et 122 victoires en course, il reste une légende incontestée de la MotoGP et le pilote le plus titré de cette discipline. Sa capacité à dominer les catégories 350cc et 500cc fait de lui un pilote sans équivalent dans l’histoire de la moto. “Ago“Il a couru et gagné à une époque où l’on courait aussi sur les routes, les 10 victoires au Tourist Trophy étant légendaires à cet égard.

Dans sa carrière historique, le passage MVAgusta à Yamaha qui, bien qu’ayant suscité mille controverses, offrit à Ago un championnat du monde en 350 en 1974, un en 500 en 1975 ainsi qu’une très prestigieuse victoire pour ses débuts avec la marque japonaise, et devant son coéquipier Kenny Roberts dans la course des 200 miles de Daytona en 1974. Agostini a été l’une des premières superstars du deux-roues à figurer dans des publicités télévisées ou des films comme celui-ci “Bolides sur l’asphalte à plein régime”, qui donne une bonne idée de la façon dont sa popularité a transcendé les portes de la piste.

agostini

2. Valentino Rossi: le docteur de la moto

Valentino Rossi, surnommé“The Doctor“, a révolutionné le monde du MotoGP. Avec neuf titres mondiaux, 115 victoires et un charisme unique, Rossi a laissé une marque indélébile dans le cœur des fans. Rossi est le seul pilote à avoir remporté un championnat du monde dans quatre catégories, ayant triomphé en 125, 250, 500 et MotoGP.
Rossi est le pilote qui a contribué à transformer un sport de niche en un spectacle de masse. Sa capacité à percer l’écran et à communiquer a fait du motocyclisme le sport populaire qu’il est, et pas seulement en Italie. Les tribunes jaunes et les milliers de fans portant ses vêtements ont été une constante pendant l’âge d’or de Valentino sur tous les circuits du monde.

3. Marc Márquez: le phénomène moderne

Marc Márquez, avec son agressivité et sa technique innovante, a remporté huit titres mondiaux dans toutes les catégories, dont six dans la catégorie reine. Sa capacité à atteindre les limites à chaque course fait de lui l’un des pilotes les plus passionnants de tous les temps. La comparaison avec un grand de la Formule 1, Senna, semble peut-être tirée par les cheveux, mais à chaque sortie de Marquez sur la piste, comme ce fut le cas pour Senna, on peut voir des choses exceptionnelles.
Marquez semble être le seul pilote potentiellement capable de dépasser Valentino à l’heure actuelle.
Une série de problèmes physiques a ralenti Marc Marquez ces dernières années, mais sa nouvelle forme physique et son passage chez Ducati sont de bon augure pour l’amélioration de son palmarès.

4. Mick Doohan: le dominateur des années 90

Mick Doohan, Australien, a remporté cinq titres mondiaux consécutifs dans la catégorie 500cc. De 1994 à 1998, il n’était tout simplement pas possible de terminer à une meilleure place que la deuxième sur le circuit. La domination de Mick est absolue et impossible à contrer. Une carrière très réussie mais ponctuée d’accidents. La très grave chute d’Assen en 1992 n’a pas réussi à entamer son envie de compétition et de victoire, comme en témoignent les championnats du monde qu’il a remportés les années suivantes, mais il a dû abandonner en 1999 lorsqu’une nouvelle chute désastreuse l’a contraint à prendre sa retraite.

stoner

5. Casey Stoner: le talent naturel

Casey Stoner, connu pour son style de conduite unique et ses aptitudes naturelles, a remporté deux titres mondiaux en MotoGP. Sa capacité à gagner avec différents constructeurs de motos, Ducati et Honda, démontre sa polyvalence et son talent pur. Stoner a été un cannibale, ne concédant rien à ses rivaux dès la première séance d’essais libres, se contentant de quelques tours pour se placer en tête de la liste des temps et établir d’emblée qui était aux commandes. Capable de conduire par instinct et au-dessus des problèmes, Casey était un mélange de talent cristallin, de sensibilité unique et de vitesse incroyable. Depuis ses débuts en MotoGP avec l’équipe LCR, il a montré de quoi il était capable. Pendant des années, on a dit qu’il était le seul à pouvoir tirer le meilleur parti de motos difficiles comme les Ducati de l’époque. Des querelles célèbres sur et en dehors de la piste avec Valentino et le fameux dépassement dans le tire-bouchon de Laguna Seca avec les roues de Valentino au sol et bien au-dessus du trottoir. Des problèmes physiques et un malaise à l’égard de l’environnement MotoGP ont conduit Stoner à prendre sa retraite à un très jeune âge. À l’âge de 27 ans, il décide de partir à la pêche et de se consacrer à sa famille. Dommage qu’il n’ait pas pu profiter de ce qu’il pouvait faire sur la piste pendant quelques années de plus.

6. Jorge Lorenzo: le maître de la constance

Jorge Lorenzo est célèbre pour son style de pilotage épuré et sa recherche constante de la perfection. Il a remporté cinq titres mondiaux , deux en 250 avec Aprilia et trois en MotoGP avec Yamaha, et un total de 68 courses, faisant preuve d’une constance rarement vue dans le sport motocycliste de haut niveau. Réputé pour sa détermination et son attention maniaque aux détails, Lorenzo a abordé toute sa carrière avec une attitude décisive, parfois confondue avec de l’arrogance. La cohabitation avec Rossi chez Yamaha et le fameux mur de séparation entre les stands témoignent du respect de Rossi pour le débutant Lorenzo avec lequel il ne voulait pas partager de données, les batailles en piste qui s’ensuivirent furent pendant des années parmi les meilleures choses du motocyclisme, toutes époques confondues. Un passage malheureux chez Ducati, dont il a été écarté alors qu’il commençait à gagner, et une expérience ratée chez Honda ont conduit à sa retraite, nous privant d’un pilote capable, dans les bons jours, d’imposer à ses adversaires des rythmes insoutenables et des courses en solitaire semblables à ceux que Max Biaggi nous offrait.

7. Mike Hailwood: une légende multidisciplinaire entre 2 et 4 roues.

Mike Hailwood, surnommé “Mike the Bike“, a remporté neuf titres mondiaux, quatre en 500, deux en 350 et trois en 250, pour un total de 76 victoires. Des chiffres qui le placent parmi les pilotes les plus performants de tous les temps. Ce dont on se souvient et ce qui a distingué Hailwood, c’est sa polyvalence et son courage. De 1963 à 1974, il a concouru en Formule 1 tout en remportant des titres mondiaux sur deux roues. Sa carrière couvre plusieurs époques de la moto et fait de lui une icône intemporelle. Incroyable retour après 11 ans d’absence sur l’île de Man lors du Tourist Trophy 1978, avec une victoire au guidon de la Ducati 900 SS F1.

lawson

8. Eddie Lawson: le méticuleux

Eddie Lawson, connu pour sa précision et sa méthode, a remporté quatre titres mondiaux dans la catégorie 500cc. Il a réussi avec une Yamaha en 84, 86 et 88. Il a remporté son quatrième et dernier championnat du monde sur une Honda en 1989. Une circonstance exceptionnelle si l’on considère qu’il a réussi à s’adapter à la moto en triomphant au championnat plusieurs années de suite sur des motos différentes. Lawson n’a jamais concédé grand-chose au spectacle. Pilote régulier et très rapide, il a toujours ramené à la maison le meilleur de ce qu’il était possible de faire dans ces circonstances. En 1992, il réussit à enflammer le cœur des fans italiens en remportant le Grand Prix de Hongrie au guidon de la Cagiva rouge des frères Castiglioni, avant de prendre sa retraite et de passer aux quatre roues pour mettre un terme à une carrière malingre.

9. Kenny Roberts: l’innovateur

Kenny Roberts est le premier Américain à remporter le titre mondial dans la catégorie 500cc.
Trois titres mondiaux entre 1978 et 1980 et 24 victoires pour anéantir un championnat qui a dû se plier à son style de conduite novateur. C’est à Roberts, et au regretté Saarinen, que l’on doit le fameux coup de genou qui effleure l’asphalte et qui, associé à une maîtrise supérieure du véhicule acquise au fil des années passées sur les pistes de terre aux États-Unis, a fait de Roberts le “Martien”.
En plus d’avoir remporté trois championnats du monde en tant que pilote, laissant une marque indélébile sur le motocyclisme, Roberts est devenu, toujours pour Yamaha, directeur d’équipe dans les championnats du monde, gérant les motos qui ont remporté trois championnats du monde d’affilée avec Wayne Rainey entre 1990 et 1992. Roberts se révèle alors un gestionnaire habile et décide de passer à l’étape suivante en devenant constructeur de motos innovantes pour son Team KR, motos rebaptisées d’abord Modenas puis Proton, des constructeurs malaisiens de deux-roues qui l’ont soutenu dans ses activités de course.
Plus unique que rare, l’un de ses fils, Kenny Jr, a remporté le championnat du monde de la catégorie 500 sur une Suzuki en 2000.

 

rainey

Wayne Rainey: La détermination incarnée

Wayne Rainey, triple champion du monde dans la catégorie 500cc, est admiré pour sa détermination et sa force mentale. Malgré une carrière écourtée par les blessures, son impact sur le MotoGP reste important. Pour vous donner une idée de l’importance de Rainey pour le MotoGP, il n’y a rien de mieux que des chiffres. En six ans, il a obtenu dans la catégorie 500 une troisième place au championnat lors de ses débuts en 1988, une deuxième place lors de sa deuxième année, en 1989, trois titres consécutifs en 90, 91 et 92, et une autre deuxième place en 1993, année au cours de laquelle il a mené le championnat jusqu’à l’accident de Misano.

Wayne Rainey est un exemple à suivre, il a fait face à l’adversité avec ténacité et force d’âme. Dans les années qui ont suivi l’accident, il s’est passionné pour le karting et, malgré les difficultés, a excellé dans cette discipline. De 1995 à 1998, il a dirigé l’équipe Yamaha Rainey en compétition moto et est devenu le promoteur du championnat AMA Moto America Superbike à partir de 2014.

Pouvons-nous vous aider à signer votre meilleur contrat de sponsoring ?

Riccardo Tafà
Riccardo Tafà
Riccardo est diplômé en droit de l'université de Bologne. Il a commencé sa carrière à Londres dans le domaine des relations publiques, puis a commencé à travailler dans le secteur des véhicules à deux et quatre roues. Après un bref passage à Monaco, il retourne en Italie. C'est là qu'il a fondé RTR, d'abord une société de conseil, puis une société de marketing sportif qu'il a ensuite ramenée à Londres.
Recent Posts

Leave a Comment

Les 10 meilleurs pilotes de MotoGP de tous les temps, RTR Sports
Les 10 meilleurs pilotes de MotoGP de tous les temps, RTR Sports