In Formule 1, Formule 1

Depuis sa création en 1977, il y a plus de quarante ans, l’écurie de Formule 1 Williams est devenue l’un des participants les plus performants et les plus emblématiques de la catégorie reine du sport automobile. À ce jour, Williams a remporté neuf championnats des constructeurs et sept championnats des pilotes, ce qui place l’écurie britannique en deuxième position sur la liste de tous les temps, derrière Ferrari et suivie de près par McLaren.

Fait remarquable, deux de ces sept titres de pilote pour Williams ont été remportés presque consécutivement par deux personnages très différents : l’Australien effronté Alan Jones en 1980 et le Finlandais imperturbable Keke Rosberg en 1982. Malgré leurs personnalités opposées en dehors de la piste, Jones et Rosberg partagent des traits communs qui leur ont permis d’atteindre le sommet de la réussite avec l’équipe Williams, qui n’était pas favorite, à une époque de turbulences et de transition pour la Formule 1.

Comparaisons en début de carrière

Alors que Jones et Rosberg ont suivi des chemins divergents vers la
Formule 1
ils ont tous deux été confrontés à l’adversité au début de leur carrière de pilote. Le jeune Jones part pour l’Europe en 1967, afin de se faire un nom, mais il se rend compte qu’il n’a même pas les moyens de s’offrir un volant de Formule Ford. Il a eu du mal à s’imposer dans les formules inférieures comme la Formule Atlantique et la Formule 5000, se forgeant une réputation de pilote agressif qui commettait des erreurs.

Rosberg est passé du karting à la Formule V et finalement à la Formule 2, mais une combinaison de manque de fiabilité et d’inconstance a fait qu’il n’a jamais pu rivaliser avec les leaders, il a réussi à gagner trois courses entre 1977 et 1979. Il a passé ses premières années en Europe à transporter son propre kart aux courses et à vivre à l’arrière d’un camion de transport.

La détermination de Jones et de Rosberg leur a permis de surmonter leurs débuts difficiles pour obtenir des places en Formule 1 – Jones a débuté en 1975 avec la petite équipe Hesketh, tandis que Rosberg a finalement fait son entrée dans le sport en 1978 avec la Ford Theodore. Mais il a fallu plusieurs saisons supplémentaires de travail avant qu’ils n’obtiennent leur chance avec des machines de course compétitives chez Williams.

Les deux pilotes étaient considérés comme des compagnons plutôt que comme de futurs champions lorsqu’ils ont rejoint l’équipe – leurs meilleurs résultats au championnat étaient la 7e place pour Jones à Shadow en 1977 et la 10e pour Rosberg à Fittipaldi en 1980. Cependant, Frank Williams a vu leur vitesse brute et l’a associée à des voitures solides – les ingrédients pour les championnats du monde.

rosberg

Des personnages contrastés

S’ils ont connu des parcours similaires pour atteindre le sommet de la Formule 1, les personnalités de Jones et de Rosberg n’auraient pas pu être plus différentes. L’Australien avait une personnalité hors du commun qui divisait l’opinion des fans et des rivaux. Il était impétueux et têtu, et avait tendance à dire ce qu’il pensait sans détour plutôt que de mâcher ses mots.

Son style de conduite est à l’image de sa personnalité : agressif et énergique. Jones a attaqué chaque virage, poussant la voiture à l’extrême limite. Lorsque la voiture était à son goût, il était d’une rapidité foudroyante. Mais lorsque la configuration n’était pas parfaite, son approche de l’attaque maximale pouvait conduire à des erreurs.

En revanche, Rosberg s’est vu attribuer le surnom de “Keke, le Finlandais sournois”. Il était réservé et contemplatif en dehors de la piste, mais remarquablement calme et constant derrière le volant. Sa capacité d’adaptation était l’une de ses plus grandes forces – il pouvait contourner les problèmes de la voiture et tirer le meilleur parti de chaque opportunité. Rosberg s’est également fait connaître comme un maître du temps humide.

Le fougueux Australien et le tranquille Finlandais étaient donc des personnages très différents qui abordaient la course à leur manière. Cependant, leur confiance en eux et leur détermination intérieure communes leur ont permis de se hisser au sommet de la Formule 1, malgré des personnalités très différentes.

Les voies de la victoire à Williams

Lorsqu’ils roulaient pour l’équipe de Frank Williams au début des années 1980, Jones et Rosberg ont montré qu’ils possédaient tous deux l’ingrédient qui compte le plus en Formule 1 : la vitesse pure. Les voitures Williams de 1980 et 1982 n’étaient pas les plus avancées techniquement ni les plus raffinées, mais leurs puissants moteurs Cosworth convenaient parfaitement aux styles de conduite agressifs des deux pilotes.

Jones a remporté le premier championnat des pilotes de Williams en 1980 avec cinq victoires aux côtés de Carlos Reutemann. L’Australien a remporté le Grand Prix des États-Unis Ouest de manière dominante, en menant tous les tours sauf un, pour devancer Reutemann d’un tour. D’autres victoires en Argentine, en France, en Grande-Bretagne et au Canada ont scellé le titre.

La campagne de Rosberg pour le championnat a suivi deux ans plus tard, en 1982. La saison du Finlandais n’a pas très bien commencé, avec seulement deux secondes places aux États-Unis et en Belgique….. Une seule victoire en Suisse a suivi, mais Rosberg a continué à accumuler des points grâce à la fiabilité et à l’économie de carburant de la Williams. Il a décroché le titre en se classant cinquième lors de la dernière manche à Las Vegas. C’est la constance, et non la vitesse brute, qui a permis à Rosberg de remporter le championnat du monde à la surprise générale.

Ainsi, alors que Jones a écrasé ses rivaux par son rythme sur une seule saison, le titre de Rosberg a été la récompense d’une détermination inébranlable à continuer d’accumuler des points comme il le pouvait. Des approches différentes, mais toutes deux extrêmement efficaces pour délivrer la couronne des conducteurs.

alan_jones_-_williams_fw07_at_rascasse_during_practice_for_the_1979_monaco_gp_49984746103

La vie en dehors de la Formule 1

Outre leurs exploits sur la piste, Jones et Rosberg ont tous deux cultivé leur célébrité grâce à leurs intérêts et à leurs activités en dehors de la Formule 1. L’Australien s’est forgé une image de playboy, fréquentant des mannequins et fréquentant les milieux festifs européens pendant sa carrière en F1.

Jones a également poursuivi sa passion pour l’aviation, obtenant sa licence de pilote et participant même à des courses aériennes. Il a formé une équipe de voltigeurs appelée “The Humming Birds” qui s’est produite dans toute l’Australie. Le danger de la voltige aérienne fait appel à son besoin d’action et d’adrénaline.

En revanche, Rosberg est fier de son sens des affaires et de son esprit d’entreprise. Au cours de sa carrière, il a fondé des entreprises telles qu’une agence de recrutement d’athlètes finlandais. Rosberg a toujours eu l’intention de construire sa carrière et son profil après la Formule 1.

Les deux pilotes étaient donc des personnages multidimensionnels qui ont connu le succès sur la piste, mais qui ont également développé leurs intérêts et leurs passions en dehors de la piste. Jones s’est forgé une image de playboy avide de sensations fortes, tandis que l’intelligence de Rosberg lui a permis d’acquérir des références dans le monde des affaires.

La vie après la F1

Une fois leur carrière de pilote terminée, Jones et Rosberg ont pris des chemins très différents. L’Australien est rentré chez lui pour s’adonner à son amour de l’aviation, devenant un pilote de spectacle aérien renommé. Il a également mené une brillante carrière de commentateur pour la couverture de la Formule 1 par la télévision australienne, s’attirant les faveurs des téléspectateurs grâce à ses opinions franches.

Rosberg a suivi la voie de la propriété d’équipe en créant sa propre équipe, Team Rosberg, pour participer à des courses de voitures de sport. L’équipe a évolué vers les voitures de tourisme allemandes DTM et son fils Nico – lui-même futur champion de F1 – a piloté pour l’équipe en F3 en 2003 et 2004. Après avoir pris sa retraite, Keke a également joué le rôle d’ambassadrice pour Williams et Mercedes.

Les deux champions du monde se sont donc forgé une seconde carrière fructueuse qui leur a permis de rester impliqués dans la course selon leurs propres termes. Jones s’est construit un profil de personnalité médiatique grâce à la radiodiffusion, tandis que l’approche analytique de Rosberg lui a permis de guider sa propre équipe et son fils vers le sommet.

Un héritage durable

Les saisons où Jones et Rosberg ont remporté le championnat avec Williams ont toutes deux marqué un tournant dans l’histoire de la Formule 1. Le titre de Jones en 1980 était le premier pour Williams, prouvant qu’une équipe indépendante naissante pouvait vaincre la puissance des grands constructeurs traditionnels comme Ferrari et Lotus.

Le triomphe de Rosberg en 1982 s’est déroulé dans un contexte de troubles politiques, alors que la guerre FISA-FOCA menaçait de déchirer la Formule 1. Son championnat contre toute attente a donné de l’espoir aux petites équipes qui s’efforcent de s’imposer face aux constructeurs.

Jones et Rosberg ont également réfuté la théorie selon laquelle il faut être né dans une nation traditionnelle pour gagner en F1. La conquête du sommet du sport automobile par un Australien et un Finlandais a ouvert la voie à de futurs champions venus de nouveaux horizons comme l’Amérique centrale et l’Amérique du Sud.

Ainsi, les talents suprêmes d’Alan Jones et de Keke Rosberg, associés à l’ingéniosité de l’équipe Williams, ont fait d’eux les pionniers de l’avenir de la Formule 1. Leurs championnats ont prouvé qu’il n’était pas nécessaire d’avoir les plus gros budgets ou le meilleur pedigree pour atteindre le sommet.

Résumé final

Williams a remporté le championnat du monde en 1980 et 1982 avec deux personnalités très différentes, Alan Jones et Keke Rosberg. L’Australien effronté et le Finlandais imperturbable ont adopté des approches différentes sur la piste, mais ont partagé la détermination et la confiance en soi nécessaires pour atteindre le prix ultime.

Les deux hommes ont surmonté des débuts difficiles dans des formules inférieures grâce à leur talent naturel et à leur esprit de greffe. Leur agressivité et leur constance ont respectivement trouvé un exutoire parfait dans les voitures Williams à moteur Cosworth de leurs saisons victorieuses.

Des passions telles que l’aviation pour Jones et les affaires pour Rosberg ont permis aux deux hommes de développer des profils plus larges en dehors de la piste. Une fois à la retraite, la diffusion et la propriété d’une équipe leur ont permis de poursuivre leur association avec le sport qu’ils ont honoré de leur présence.

En remportant des titres historiques, Jones et Rosberg ont ouvert la voie de l’avenir en Formule 1. Ils ont prouvé que des pilotes de tous horizons pouvaient atteindre l’apogée et que de petites équipes indépendantes pouvaient l’emporter sur de plus grandes. Cet héritage pionnier signifie que l’Australien et le Finlandais resteront à jamais deux des plus grands champions de Williams.

Pouvons-nous vous aider à signer votre meilleur contrat de sponsoring ?

Riccardo Tafà
Riccardo Tafà
Riccardo est diplômé en droit de l'université de Bologne. Il a commencé sa carrière à Londres dans le domaine des relations publiques, puis a commencé à travailler dans le secteur des véhicules à deux et quatre roues. Après un bref passage à Monaco, il retourne en Italie. C'est là qu'il a fondé RTR, d'abord une société de conseil, puis une société de marketing sportif qu'il a ensuite ramenée à Londres.
Recent Posts

Leave a Comment

Les vainqueurs de Williams : Alan Jones et Keke Rosberg à la conquête de la F1, RTR Sports
Les vainqueurs de Williams : Alan Jones et Keke Rosberg à la conquête de la F1, RTR Sports