In Formule 1, Formule 1

Considéré comme l’un des plus grands pilotes de l’histoire de la Formule 1, Alain Prost, avec ses quatre titres mondiaux, a été le protagoniste de certaines des rivalités les plus électrisantes des années 1980 et 1990. Des duels inoubliables avec Lauda, Mansell et
Senna
qui ont écrit quelques-unes des pages les plus passionnantes de la course automobile.

Les débuts dans les formules mineures

Née en 1955 à France, Prost a commencé sa carrière en kart à l’âge de 14 ans. En 1973, il a remporté les deux championnats du monde de karting. Championnat de France junior que le Monde Junior tandis qu’en 1974, il est champion de France dans la catégorie L’élite. Il est passé aux monoplaces en 1976 et a immédiatement remporté le championnat de Formule Renault, gagnant toutes les courses sauf une. En 1978, Prost participe à la Formule 3 et, en 1979, il remporte les championnats de France et d’Europe. Son talent est si cristallin que Jackie Stewart l’appelle“le nouveau Jacky Ickx“. En 1980, il fait ses débuts en F1 avec McLaren, et commence immédiatement à marquer des points, mais le manque de compétitivité de la voiture lui fait accepter une offre de Renault, où il arrive en 1981. C’est l’année de la consécration et il remporte le premier succès de sa carrière qui lui vaudra le surnomde “Petit Napoléon”. La saison s’est terminée par deux nouvelles victoires et une cinquième place au classement final. En 1982 et 1983, Prost confirme qu’il est une star de première grandeur et, toujours avec Renault, il remporte un total de six Grands Prix qui le placent respectivement à la quatrième et à la deuxième place du championnat du monde.

Alain prost

Le grand départ chez McLaren et le dualisme avec Lauda. Prost champion du monde au volant d’une McLaren en 1985 et 1986

En 1984, Prost retourne chez McLaren et lance un défi épique à Niki Lauda.
Niki Lauda
. L’Autrichien a remporté le titre in extremis avec un demi-point d’avance. En 1985, les rôles sont inversés, les nombreux problèmes de fiabilité qui affectent Lauda ouvrent la voie au premier championnat du monde de Prost. Un dualisme fait de grand respect mutuel, comme le soulignait Lauda lui-même : “C’est le pilote le plus complet que j’ai jamais rencontré”. Les saisons suivantes voient Prost confirmer son titre de champion en 1986 et terminer quatrième en 1987.

La rivalité légendaire avec Senna. Prost champion du monde au volant d’une McLaren en 1989

Lorsque McLaren a engagé Ayrton Senna en 1988, l’une des rivalités les plus passionnées de l’histoire de la F1 a commencé. Les deux champions sont diamétralement opposés en termes de style et d’approche des courses, qu’ils ont toutes deux affrontées le couteau entre les dents. La première manche a été remportée par Senna, qui a gagné le championnat du monde de F1 en 1988. Le duel entre les deux stars du volant a atteint son apogée lors du GP du Japon 1989, lorsqu’un contact délibéré a permis à Prost de remporter le titre. Malgré de furieuses querelles, Senna a admis : “Nous nous poussions mutuellement à faire de notre mieux. La même année, Prost décide de changer d’air et quitte l’écurie de Woking.

Alain prost

L’expérience Ferrari et le licenciement controversé

En 1990, Prost a accepté le défi de Ferrari et la paire de stars Mansell – Prost a été formée. Alain réussit à remporter cinq courses et à terminer deuxième du championnat, mais les relations avec l’équipe de Maranello sont moins solides que ne le laissent supposer les résultats. Le point culminant a été atteint à la fin de 1991 lorsque Prost, au volant d’une voiture peu performante, a été licencié de Ferrari en raison d’une déclaration dans laquelle il comparait la voiture rouge de Maranello à un camion, un licenciement inévitable par le DS de l’époque, Cesare Fiorio. Prost s’est retrouvé hors de la F1 alors qu’il était au sommet de sa carrière, ce qui lui a coûté une année sabbatique en 1992, passée entre les essais de Ligier F1 et les commentaires télévisés pour TF1.

Alain prost

Prost champion du monde au volant d’une Williams en 1993

Après cet intermède, il est revenu à sa véritable passion en 1993, remportant son quatrième titre mondial avec Williams et prenant sa retraite définitive en tant que pilote de Formule 1.

Un dossier et un style de conduite incomparables

Avec 51 victoires, 106 podiums et quatre titres mondiaux avec deux équipes différentes, Prost détient plusieurs records. Son style fluide et efficace dans les virages lui a valu le surnom de “Professeur”. Il étudiait minutieusement les réglages, les pneus et les trajectoires avant chaque course, à une époque où il y avait encore beaucoup de place pour le flair et l’improvisation. Alors que Senna, peut-être plus talentueux et plus instinctif, conduisait avec son cœur, il minimisait les erreurs. Ron Dennis, le patron de McLaren, a déclaré : “La combinaison de leurs talents nous rendait imbattables.

Le pari de l’écurie Prost Grand Prix

De pilote à directeur d’écurie, l’étape est courte et Prost décide de se lancer dans une nouvelle aventure : il reprend la Ligier à laquelle il donne immédiatement un nouveau nom et crée le Prost Grand Prix, qui fait ses débuts en F1 en 1997. Un projet ambitieux avec un budget annuel d’environ 100 millions. Malgré quelques podiums et des pilotes talentueux comme Truli, Panis, Alesi et Heidfeld pour ne citer qu’eux, les victoires manquent. Prost a dû vendre l’équipe en 2001, mais sans regrets : “Ce fut une merveilleuse aventure entrepreneuriale.

Alain prost

L’intermède de la course sur glace

Outre la Formule 1, Prost a toujours aimé conduire, l’une de ses passions étant la course sur glace. Le défi de dominer de puissantes voitures de course sur des circuits à l’adhérence inexistante était un nouveau test pour lui.

Il a ensuite participé au championnat du Trophée Andros en 2003, où il s’est classé deuxième derrière Yvan Muller, troisième l’année suivante et à nouveau deuxième en 2005. En 2006, Prost est à nouveau sur la dernière marche du podium au classement final. En 2007, Alain devient champion de la série et récidive en 2008. Après une série de deuxièmes places en 2009, 2010 et 2011, il remporte la catégorie pour la troisième fois en 2012.

Sa capacité d’adaptation et sa conduite souple lui ont permis d’exceller même dans des conditions de faible adhérence grâce à la sensibilité de conduite propre aux champions. Pour Prost, cette parenthèse représentait un défi intriguant, le contexte était profondément différent des monoplaces mais il y a trouvé de nouveaux stimuli. Une nouvelle démonstration de sa polyvalence en tant que pilote, même en dehors du cirque de la Formule 1.

La contribution de Prost au développement technologique de la F1

Outre son talent de pilote, un aspect souvent sous-estimé de Prost est sa contribution à l’innovation technologique en F1. Dès le début, grâce à son esprit scientifique, il a collaboré activement avec les ingénieurs pour améliorer les voitures et les stratégies. Sa capacité à donner un feedback précis lui a permis d’affiner des solutions révolutionnaires pour l’époque, telles que l’électronique et l’aérodynamique. Prost comprenait l’importance de soigner chaque détail : de l’équilibre des poids à la consommation de carburant. Un perfectionnisme qui a permis à McLaren de dominer les années 1980. Même chez Ferrari, il a contribué de manière décisive à l’évolution de la voiture qui lui a permis de prendre la deuxième place au classement final du championnat en 1990.

La relation complexe avec les médias

Malgré son talent incontesté, Prost a souvent eu des relations controversées avec la presse. Sa froideur et sa rationalité ne correspondent pas aux attentes d’un champion passionné. Surtout en comparaison avec la plus grande instinctivité de Senna. Cependant, au fil du temps, la profondeur du personnage est apparue. Prost fait passer le concret avant les proclamations grandiloquentes. Il croyait au travail minutieux, pas aux mots. Un profil qui correspond au stéréotype français : ingénieux, méthodique, peu enclin à l’extemporanéité. Une diversité d’approche qui a parfois été mal comprise.

Vie privée et passions

Marié deux fois et père de quatre enfants, Prost a toujours protégé sa vie privée des projecteurs. Passionné de tennis, de ski et de voile, il a cultivé ces passions en dehors des circuits après sa retraite.

Malgré sa renommée de play-boy lorsqu’il était pilote, loin des circuits, il se consacrait avant tout à sa famille, loin des ragots et des mondanités. Un choix de discrétion qui transparaît dans ses propos :“Je suis un père de famille, cela compte plus que n’importe quelle victoire“.

Conclusions

Alain Prost restera dans l’histoire non seulement pour ses quatre championnats du monde, mais aussi pour sa méticulosité dans la préparation de la voiture et de la course et pour son approche scientifique de la conduite. Un personnage qui, malgré cette approche mesurée, a toujours trouvé la force de donner le meilleur de lui-même lorsqu’il était engagé jusqu’au bout contre des adversaires tels que Lauda, Mansell et Senna. Une force d’âme et une compétitivité féroce qui ne cadraient peut-être pas avec le surnom de “Professeur”.

En conclusion, la carrière de Prost a été exceptionnelle tant par ses performances sportives que par son approche innovante. Son héritage va au-delà des chiffres : il est un modèle de grande capacité technique, de rationalité et de prévoyance. Un champion qui a su gagner sur la piste et se réinventer avec succès en dehors de la F1.

Pouvons-nous vous aider à signer votre meilleur contrat de sponsoring ?

Riccardo Tafà
Riccardo Tafà
Riccardo est diplômé en droit de l'université de Bologne. Il a commencé sa carrière à Londres dans le domaine des relations publiques, puis a commencé à travailler dans le secteur des véhicules à deux et quatre roues. Après un bref passage à Monaco, il retourne en Italie. C'est là qu'il a fondé RTR, d'abord une société de conseil, puis une société de marketing sportif qu'il a ensuite ramenée à Londres.
Recent Posts

Leave a Comment

McLaren Fastest PitStop
Haas formula 1